L'Algérie 10 ans après le putsch    
Les droits humains: Un bilan désastreux 

Chronologie d’une tragédie cachée

( 11 janvier 1992 – 11 janvier 2002 )

Salah-Eddine Sidhoum, publiée par Algeria-Watch, 11 janvier 2002

Cette chronologie, loin d’être exhaustive, a été rédigée sur la base d’informations de la presse nationale et internationale, des agences de presse, des témoignages de citoyens et de faits vécus par l’auteur. Elle retrace jour après jour la tragique guerre imposée à la population par les putschistes du 11 janvier 1992 avec son lot de morts, de blessés, de souffrances et de destructions. Notre intention n’est pas de dresser une indécente comptabilité macabre mais de simplement montrer à l’opinion publique qu’une véritable guerre se déroule en Algérie, guerre que les factieux auraient voulu - par une politique de désinformation et de manipulation - mener à huis-clos et cacher au monde.

1997
(jan-juin)
1997
(juil-déc)
1998
(jan-juin)
1998
(juil-déc)
1999
(jan-juin)
1999
(juil-déc)
2000
(jan-juin)
2000
(juil-déc)
2001
(jan-juin)
2001
(juil-déc)

2000

(juillet - décembre)

 

Samedi 1er juillet 2000: 8 personnes tuées par des hommes armés au quartier Driouche (Blida).

Les monts de Sidi Ali Bounab, près de Draa El Mizan (Tizi Ouzou) bombardés durant toute la journée par des hélicoptères de combat, provoquant de gigantesques incendies.

Importante opération militaire dans la région de Sebdou, près de Tlemcen. Les maquis sont bombardés par des hélicoptères de combat.

La presse privée rapporte la mort de 7 citoyens qualifiés de «terroristes » à Béni Ghazli (Tlemcen) lors d’un ratissage de l’armée.

Dimanche 2 juillet 2000: Explosion d’une bombe à Taourirt, près de Sidi Bel Abbés : un milicien tué et un autre grièvement blessé.

Lundi 3 juillet 2000: 6 personnes tuées à Halouiya, près de Boufarik (Blida) par un groupe armé.

2 citoyens qualifiés de «terroristes » tués à Béni Sabber, près de Dellys (Boumerdés) lors d’une opération militaire.

10 citoyens arrêtés à Tiaret pour «soutien à groupes armés ».

4 citoyens qualifiés de «terroristes » tués lors d’un ratissage près de Sebdou (Tlemcen).

Mardi 4 juillet 2000: 9 citoyens tués par des hommes armés au douar Bekhoucha, près d'Aïn Tagourait (Tipaza).

3 citoyens dont 2 policiers tués à un barrage dressé par des hommes armés au lieu-dit Sénia, près de Tiaret.

Deux policiers tués en plein centre ville de Tébessa par des hommes armés.

11 personnes appartenant à 2 familles, tuées par un groupe armé au douar Ouled Ali, près de Remka (Relizane).

Mercredi 5 juillet 2000: Explosion de 2 bombes au passage d’un convoi militaire sur la route de Télagh, près de Sidi Bel Abbés : 6 militaires blessés.

Accrochage entre un groupe armé et des policiers en plein centre ville de Sig (Mascara) : 3 morts.

Un citoyen du village de Ghris, près de Aïn Aroua (Sétif) enlevé par un groupe armé. Son cadavre sera retrouvé quelques heures plus tard.

Accrochage entre des maquisards et des miliciens à Aïn El Hamra (Boumerdès) : 5 miliciens blessés.

Explosion d’une bombe près d’un campement militaire à H’zazta, près de l’Arbaâtache (Boumerdés) : deux citoyens blessés.

Jeudi 6 juillet 2000: 5 personnes tuées et 2 autres blessées lors de l’irruption d’un groupe armé dans un bar au quartier Sekkouma à El Khemis (Aïn Defla).

Explosion d’une bombe au lieu-dit Hassena, près de Chlef : un mort.

La presse privée rapporte la mort de 40 citoyens qualifiés de «terroristes » et de 15 militaires après un mois de ratissages et de bombardement dans la région de Dellys (Boumerdés).

Vendredi 7 juillet 2000: Un berger égorgé à Hassasba, près de Sidi Bel Abbés.

Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire au lieu-dit Zaouiat Sidi M’hend Saadi, dans la forêt de Mizrana (Tizi-Ouzou) : un mort et deux blessés graves.

Découverte d’un jeune berger décapité à Azror, près de Bou Saâda (M'Sila).

Samedi 8 juillet 2000: Les cadavres de 3 bergers sont retrouvés à Aïn Hamadi, près d’Oued Roumane (Chlef).

Trois citoyens tués à un barrage dressé par un groupe armé en tenue militaire à Haouch Marino, près de Hameur El Aïn (Tipaza).

Huit citoyens massacrés durant la nuit au domaine agricole n° 14, situé entre Hameur El Aïn et Sidi Rached (Tipaza).

Un jeune citoyen de 15 ans est retrouvé égorgé au djebel Oulteme dans la région de Bou Saada (M'Sila).

Explosion de 2 bombes devant une entreprise de granit à Keddara (Boumerdès) : 3 miliciens et un militaire tués et deux blessés.

Deux miliciens tués et deux civils blessés à Malaaba (Tissemsilt) par des hommes armés.

Dimanche 9 juillet 2000: Trois véhicules mitraillés sur la route de Kebaba, près de Texenna (Jijel) par des hommes armés : 4 morts dont le maire d’Erraguène, un militaire et un milicien et 2 blessés.

Les cadavres de 3 bergers enlevés la veille au douar Sidi Ahmed (Tissemsilt) sont retrouvés à la périphérie du village.

2 citoyens égorgés à Ouled El Abtal, près de Mascara.

Mardi 11 juillet 2000: Explosion d’une bombe à Mérine (Sidi Bel Abbés) : 2 bergers tués.

Quatre militaires du service national tués à un barrage dressé par des hommes armés à Souk El Had (Boumerdés).

Embuscade meurtrière contre une patrouille militaire dans le mont Eddoukane, près de Tébessa : 9 militaires tués et un autre kidnappé. Toutes les armes des victimes auraient été subtilisées selon la presse privée qui rapporte l’information.

Violent accrochage entre militaires et maquisards à la sortie de la ville de Boghni, sur la route de Tizi-Ouzou. Pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

Six campeurs égorgés sur la plage d’El Beldj (Tipaza).

Découverte du cadavre du jeune Zahani Mohamed, 24 ans, enlevé samedi par un groupe armé près de Dréan (Tarf).

Mercredi 12 juillet 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille de policiers à Zemmouri (Boumerdés) : 2 morts et 2 blessés.

Explosion d ‘une bombe au passage d’une patrouille militaire à Mazer, près de Tigzirt : 1 mort et 1 blessé.

Quatre hommes armés qualifiés de «terroristes» tués par des militaires à M’Chedallah (Bouira).

Deux citoyens qualifiés de «terroristes » tués à la sortie est de la ville de Chlef.

La forêt d’Eddoukane (Tébessa) est soumise à un intense bombardement au lendemain de l’embuscade ayant coûté la vie à 9 militaires.

Jeudi 13 juillet 2000: 4 membres d’une même famille dont 2 enfants découverts égorgés à leur domicile situé au quartier du Petit-Lac, à Oran.

Un employé de la mairie de Taglaït (Bordj Bou Arréridj) tué lors d’une embuscade tendue par des inconnus armés.

Vendredi 14 juillet 2000: Trois gendarmes et un milicien tués dans une embuscade tendue par un groupe armé à Temmanar, près de Collo (Jijel).

Huit militaires tués dans une embuscade tendue au lieudit El Batha, près de Ouled Attia (Collo)

Samedi 15 juillet 2000: Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire au lieu-dit Sidi Yahia, près de Sidi Bel Abbés : 6 blessés.

Dimanche 16 juillet 2000: Un militaire tué et un autre blessé par l’explosion d’une bombe à Semmouma, près de Télagh (Sidi Bel Abbés).

Un milicien égorgé par un groupe armé à El Ogla El Malha (Tébessa).

Un couple de citoyens tué à son domicile à El Mazraâ (Tébessa) par des hommes armés.

9 citoyens tués à un barrage dressé par des hommes armés en tenue militaire sur la route de Nador, près de Hadjout (Tipaza).

Le Sunday Times rapporte que le Qatar aurait acheté pour 7 millions de dollars d’armement britannique (transport de troupes, matériel de vision nocturne…) pour les offrir à l’armée algérienne. Le Foreign Office ouvre une enquête sur ces révélations.

Lundi 17 juillet 2000: 6 personnes dont 3 femmes et 2 enfants tués à Hamdania, près de Blida par un groupe armé.

Ratissage militaire dans les maquis de M’Chedallah (Bouira). La zone est bombardée à l’artillerie lourde selon la presse.

Des hommes armés font irruption dans la localité de Tailmane, près d’El Ancer (Jijel) et kidnappent un citoyen, chauffeur de profession.

Mardi 18 juillet 2000: un citoyen qualifié de «terroriste » tué lors d’une embuscade tendue par des militaires à Sidi Ali, près de Aïn Fekan (Mascara).

Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille militaire à Tenira (Sidi Bel Abbés) : 2 morts.

La gare ferroviaire de Lakhdaria (Bouira) incendiée par des hommes armés. Les dégâts matériels sont considérables. 4 employés de la gare, kidnappés puis relâchés quelques heures plus tard.

Mercredi 19 juillet 2000: 5 membres d’une même famille (Bassour) tués à Haouch Coutreau, à l’entrée de la ville de Médéa.

Explosion d’une bombe dans un champs à Madala, près d’Omaria (Médéa) : un mort.

Quatre bombes désamorcées sur l’axe routier Dellys-Tigzirt (Boumerdés).

Jeudi 20 juillet 2000: 3 citoyens dont une femme tués à un barrage dressé par des hommes armés en tenue militaire, à Ouled Djemaâ, sur la route de Larbaâ (Blida).

Explosion d’une bombe au lieudit Les Deux Bassins, près de Tablat (Médéa) : un milicien blessé.

Deux hommes armés qualifiés de «terroristes » tués à Zorgue, sur les monts Tandrara (Chlef).

Quatre citoyens dont une femme, égorgés par un groupe armé à Azzaba (Skikda).

Accrochage entre militaires et maquisards, près de Azzaba (Skikda) : 3 militaires tués et 7 autres blessés.

Vendredi 21 juillet 2000: 5 personnes tuées à un barrage dressé par des hommes armés à Ahl Kada, près d’Ougaz (Mascara).

L’entreprise publique de Geni-Sider de Béni Amrane (Boumerdés) totalement détruite par un groupe armé.

Un milicien grièvement blessé par l’explosion d’une bombe au douar Bouyatafe, près de Sidi Bel Abbés.

Les monts de Sidi Bouziri (Mascara) intensément bombardés par l’artillerie et l’aviation.

Samedi 22 juillet 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une bande de miliciens, près de Tadmaït (Tizi-Ouzou) : 2 morts et 3 blessés.

Un milicien tué par l’explosion d’une bombe à Borbéche, près de Lakhdaria (Bouira).

Accrochage entre policiers et un groupe armé à Belhasnet, près de Tidjelabine (Boumerdès) : pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

Accrochage entre miliciens et maquisards au douar El Fouara, près de Tissemsilt : 1 milicien grièvement blessé.

Dimanche 23 juillet 2000: La presse privée rapporte la mort de 28 citoyens qualifiés de «terroristes » dans la région de Collo (Jijel), durant la semaine écoulée suite à une opération militaire de grande ampleur avec utilisation de l’artillerie lourde et de l’aviation.

Un automobiliste tué et un autre blessé à un barrage dressé par des inconnus armés à Aïn Zerga (Tébessa).

Mardi 25 juillet 2000: 7 personnes dont 6 enfants massacrés par un groupe armé à Médéa.

Mercredi 26 juillet 2000: Le gazoduc Hassi-R’Mel-Alger saboté à l’explosif au lieudit Slama (El Khemis), privant de gaz durant la journée les régions de Miliana et d’El Khemis.

Deux citoyens dont un septuagénaire tués à Laâlam, près de Tameridjt (Béjaïa).

Deux bergers et une fille ont été tuées, à El Hranfa, prés de Chlef, par un groupe armé composé de six hommes.

Jeudi 27 juillet 2000: Dans la zone industrielle de Tiaret, huit nomades, parmi lesquels deux bébés de quatre et six mois, ont été tués à l'arme blanche et six autres blessés par un groupe armé.

Trois cadavres ligotés découverts dans la matinée dans la commune de Fréha dans la région de Tizi-Ouzou. Les trois victimes auraient été tuées par balles.

Vendredi 28 juillet 2000: Un citoyen qualifié de «terroriste » tué par des miliciens à Moulay Slissen (Sidi Bel Abbés)

Samedi 29 juillet 2000: Deux miliciens tués à Guelma.

Le parc de véhicules de la mairie de Béni Amrane (Boumerdès) incendié partiellement par des hommes armés non identifiés.

Dimanche 30 juillet 2000: Un milicien tué près de son domicile à Lagata (Boumerdés).

Lundi 31 juillet 2000: Des hommes armés attaquent la mairie du village d’El Mayenne (Aïn Defla) : pas de victimes.

Mercredi 2 août 2000: Explosion d’une bombe au domicile de la famille Khemissi au quartier Chelaâla (Médéa) : 4 morts.

Deux citoyens qualifiés de «terroristes » tués à Djerrah, près de Lakhdaria (Bouira) suite à une opération militaire.

Jeudi 3 août 2000: Un groupe armé à bord d’un véhicule mitraille de jeunes citoyens près de la cité des 1024 logements à Ouled Yaïch (Blida) : 6 morts.

Un groupe armé attaque le village de Bassour, près de Benchicao (Médéa) : 2 morts et 2 blessés.

Vendredi 4 août 2000: Deux citoyens, Djout Abdelkader et sa sœur Mériem égorgés par des hommes armés non identifiés à Fraydia, près de Hattatba (Tipaza).

Importante opération de ratissage déclenchée dans la ville de Béchar (sud). Plusieurs quartiers seront bouclés durant la journée, à la recherche d’hommes armés.

Un jeune paysan de 26 ans tué par des hommes armés non identifiés à Mechta Touifza, près de Guelma.

Explosion d’une bombe au passage d’une bande de miliciens dans la forêt de Belefgaâ (Tiaret) : 3 blessés.

Deux bergers égorgés à Bouharoun (Tipaza).

L’émetteur TV radio de Kasrou (Batna) est détruit à l’explosif, privant la région des émissions TV pendant deux jours.

Samedi 5 août 2000: La presse privée rapporte la «reddition » de 20 maquisards dans les régions de Bordj Ménaïel et Tadmaït.

Dans un communiqué, la présidence annonce la libération de deux détenus pour raisons de santé. Affolement dans la presse éradicatrice qui pensait qu’il s’agissait de Abassi Madani et Ali Benhadj.

Des hommes armés attaquent à l’arme automatique une cité de Larbaâ (Blida) : pas de victimes.

Dimanche 6 août 2000: Explosion d’une bombe au douar Kechkache, près de Hattatba (Tipaza) : un blessé.

Explosion d’une bombe au quartier dit La Cité à Omaria (Médéa) : 3 blessés.

Mercredi 9 août 2000: Explosion d’une bombe lors d’une opération militaire près du monument de l’Emir Abdelkader, à 9 km de Mascara : un soldat grièvement blessé.

Jeudi 10 août 2000: 5 personnes dont 3 enfants appartenant à la même famille, circulant à bord de leur véhicule, tués à un barrage dressé par des hommes armés sur la corniche jijelienne.

Deux frères, de la famille Kafkaf, tués dans leur jardin à Merbouni, près de Bougara (Blida) par les miliciens du village. Il est à signaler que l’une des victimes est un «repenti » qui avait quitté le maquis en 1996, dans le cadre de la loi sur la rahma.

Rachid Mesli, avocat et militant des droits de l’homme, objet d’intimidations de la part de la police politique depuis sa libération en juillet 99, décide de s’exiler en Suisse.

Trois citoyens qualifiés de «terroristes » tués à Boumerdès.

Lundi 14 août 2000: Deux citoyens qualifiés de «terroristes » tués à B’Hira El Hamra, près de Saïda.

Mardi 15 août 2000: Explosion d’une bombe à El Aouana (Jijel) : un milicien tué et trois militaires blessés.

Six citoyens qualifiés de «terroristes » tués lors d’un accrochage à Ouled Slama, près de Bougara (Blida).

Vaste opération de ratissage de l’armée dans les monts de Houara (Guelma). Pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

Jeudi 17 août 2000: Un milicien tué à un barrage dressé par des hommes armés près d’Ighzer Oumenchar, près de M’Chedallah (Bouira). Un autre milicien tué par l’explosion d’une bombe dans la même région.

Explosion d’une bombe à Ziraoua (Bouira) : 2 citoyens blessés.

Un citoyen tentant de forcer un barrage dressé par des hommes armés est tué par des derniers, près de Boukram (Bouira).

Un militaire et un milicien tués lors d’une embuscade tendue à Ouled Djemaâ (Aïn Defla).

Un policier tué par son collègue à la cité Perret (Oran).

Vendredi 18 août 2000: Six miliciens tués dans une embuscade tendue par des maquisards dans la forêt de Ouled Mohamed (Aïn Defla).

Importante opération militaire dans les maquis d’Elkadjadja, près de Aïn Defla. Hélicoptères et artillerie lourde bombardent durant 48 h cette forêt. Un gigantesque incendie de forêt est provoqué. La presse parle de lourdes pertes humaines : 23 maquisards et 15 militaires tués.

Deux militaires et un milicien tués dans une embuscade tendue dans la forêt d’Amjouh, près de Maâtkas (Tizi-Ouzou).

Mardi 22 août 2000: Un couple est surpris dans une forêt à la sortie sud de la ville de Sig (Mascara) par des hommes armés : un mort et un blessé.

Six citoyens qualifiés de «terroristes » tués à Zemmoura, près de Relizane.

Mercredi 23 août 2000: Un sit-in de familles de "disparus" est réprimé par la police à la place du 1er mai d’Alger : des personnes âgées sont tabassées et bousculées.

Deux citoyens qualifiés de «terroristes » tués à Belefgaâ, près de Tiaret.

Mémorandum d'Amnesty international à l’intention du gouvernement algérien.

Jeudi 24 août 2000: Des hommes armés attaquent un poste de garde d’une entreprise à Magtaâ Maâla (Bouira) : 1 mort et un blessé. Explosion d’une bombe à l’arrivée des renforts : un gendarme blessé.

Deux militaires tués près de Lakhdaria (Bouira) lors de l’attaque d’un poste de surveillance.

Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire à El Merdj, près d’El Aouana (Jijel) : un mort et 3 blessés.

Samedi 26 août 2000: Démission du «Premier ministre » Benbitour, huit mois seulement après sa désignation. Il constituait un frein aux «réformes » des bradeurs de l'Algérie. Benflis, nommé à sa place reconduit la même équipe.

Dimanche 27 août 2000: Explosion d’une bombe au lieudit Affourou, près d’Haïzer (Bouira) : un citoyen tué.

Lundi 28 août 2000: 4 militaires blessés par l’explosion d’une bombe à Dellys (Boumerdès).

Explosion d’une bombe à Béni Amrane (Boumerdès) : un citoyen blessé.

Un paysan tué par des hommes armés à Médéa.

Vendredi 1er septembre 2000: Un citoyen tué par un groupe armé à Dekara, près de Taher (Jijel).

Samedi 2 septembre : Deux citoyens tués et trois autres grièvement blessés à un barrage dressé par des hommes armés sur la route Mouzaïa - Sidi Yahia (Blida).

Dimanche 3 septembre 2000: Un milicien tué à Adafel, près d’El Aouana (Jijel).

Explosion d’une mine au passage d’un camion à Ras El Miaâd, près de Biskra : 4 citoyens blessés.

Deux miliciens tués dans la région des Ouacifs (Tizi-Ouzou).

Un milicien tué et deux militaires blessés par l’explosion de deux bombes à Mazer (Boumerdès).

Un citoyen décapité à Corso (Boumerdès) par un groupe armé.

Lundi 4 septembre 2000: Des hommes armés font irruption dans la localité d’Ouled Taffer, près d’El Aouana (Jijel) et détruisent de nombreux poteaux électriques, privant toute la région d’électricité.

Incursion de 4 hommes armés au quartier de Debdaba, en pleine ville de Béchar et dévalisent une épicerie.

Accrochage entre militaires et maquisards au lieudit Tizi N’Kouilal (Bouira) : 2 maquisards et un militaire tués.

Mardi 5 septembre 2000: Un milicien et trois membres de sa famille massacrés par un groupe armé à El Hassania, près de Aïn Defla.

Jeudi 7 septembre 2000: Explosion d’une bombe de forte puissance dans le bâtiment administratif de l’entreprise nationale de l’industrie électro-ménagère (ENIEM) : pas de victimes mais les dégâts matériels sont considérables. Cadres et travailleurs pointent du doigt la mafia de l’import-import qui voudrait vouloir ce complexe fermer.

Vendredi 8 septembre 2000: Trois jeunes citoyens tués par une bande armée à Ouled Belhasna (Mascara).

Samedi 9 septembre 2000: Trois citoyens tués à un barrage dressé par des hommes armés à Batna.

Un citoyen tué et un autre blessé par des hommes armés au quartier Redouane de Sig (Oran).

Mardi 12 septembre 2000 : publication d’une lettre ouverte de l’association des familles de disparus de Constantine qui fait état d'enlèvements suivis de disparitions de nombreuses personnes dans la région.

Jeudi 14 septembre 2000: Un berger et son troupeau enlevés par un groupe armé à Oussilas, près d'Aïn Fekkan (Mascara).

Un citoyen grièvement blessé par des hommes armés au site Radar, à Chlef.

Vendredi 15 septembre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille militaire à El Aouana (Jijel) : 4 militaires blessés.

Deux citoyens qualifiés de «terroristes » tués près de Dellys (Boumerdés) lors d’un ratissage militaire.

Samedi 16 septembre 2000: Premier anniversaire du référendum sur la «concorde civile ». Bilan d’une année de «concorde » : 2400 morts.

Un milicien grièvement blessé à un barrage dressé par des hommes armés à Beni Chaïb (Tissemsilt).

Dimanche 17 septembre 2000: Un citoyen tué dans un restaurant à Ath Mansour (Bouira) par des hommes armés.

Un militaire tué et deux autres blessés par l’explosion d’une bombe à Tizi Ghenif (Tizi-Ouzou).

Une bombe désamorcée dans un salon de thé à Aïn Allah, près de Dély Ibrahim (Alger).

Cinq hommes armés qualifiés de «terroristes » tués au mont Bouaârif, près de Madher (Batna) lors d’une opération militaire.

Lundi 18 septembre 2000: 5 citoyens massacrés dans un atelier de confection au douar Ballili, près de Bou Ismail (Tipaza) par un groupe armé.

Mardi 19 septembre 2000: Embuscade contre une patrouille de gendarmes et de miliciens à Benchoud (Boumerdés) : Un gendarme et un milicien tués.

La caserne de CNS de Naciria (Boumerdés) attaquée par des hommes armés. Pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines de part et d’autre.

Mercredi 20 septembre 2000: 6 personnes dont des femmes et des enfants tuées par un groupe armé au lieudit Talaouzrit, près de Hammam Righa (Aïn Defla).

Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille militaire à Béni Amrane (Boumerdés) : 3 morts et 4 blessés.

Un paysan de 27 ans tué par des hommes armés au douar Bedouda, près de Guelma.

Un policier grièvement blessé à Boumerdés-ville.

Un barrage de policiers mitraillé dans la ville de Boumerdès : 2 blessés.

Jeudi 21 septembre 2000: Selon le quotidien El Acil, 13 personnes massacrées à la ferme Bichelin, sur la route de la Chiffa (Blida).

Explosion d’une bombe dans un cimetière à Oued El Abtal (Mascara) : pas de victimes.

Vendredi 22 septembre 2000: Six personnes circulant à bord de deux véhicules massacrées à un barrage dressé par des hommes armés à Berbessa (Koléa).

Sept personnes dont des femmes et des enfants tuées à leur domicile par des hommes armés à Bougara (Blida).

Trois citoyens tués à un barrage dressé par des hommes armés à Ouled Yaïch (Blida).

Un milicien tué à Meftah (Blida).

Samedi 23 septembre 2000: Quatre citoyens qualifiés de «terroristes» tués à Bougara (Blida).

La presse privée fait état de tracts du «GIA » placardés dans la Casbah d’Alger annonçant un «hiver sanglant » à la population.

Dimanche 24 septembre 2000: Deux miliciens tués à Boulerbah, près d’Aomar (Bouira) suite à une embuscade.

Mardi 26 septembre 2000: Des maquisards attaquent un campement de miliciens au village de Boussaâda près de Kherrata (Béjaïa). Pas de pertes humaines.

Un policier tué par des hommes armés à Mérouaha dans la région de Kherrata (Béjaïa).

Mercredi 27 septembre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille militaire à Aïn Tarik, près de Relizane : un militaire grièvement blessé.

Jeudi 28 septembre 2000: 8 miliciens et un militaire tués et quatre autres blessés à Ath Aïssi (Tizi-Ouzou) lors d’une attaque à l’explosif de leur campement. Les armes des victimes auraient été subtilisées par les assaillants.

Cinq personnes dont 3 enfants d’une même famille massacrées par des hommes armés près du complexe touristique (CET) de Tipaza.

Accrochage armé entre maquisards et miliciens à Ouled Ahmed (Aïn Defla). Pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

De nombreux barrages dressés par des hommes armés sont signalés dans la région de Bouira (El Adjiba, Ath Mansour). Les malheureux citoyens rackettés ne savent plus à qui ils ont affaire (islamistes, miliciens, bandits ?).

Un berger retrouvé égorgé près de Takhemanet (Tiaret).

Accrochage entre militaires et un groupe armé à Ouled Lekfif, près d’Aomar (Bouira) : 2 éléments du groupe tués.

Samedi 30 septembre 2000: Un jeune citoyen, taxieur de profession retrouvé mort près de la cimenterie de Zahana, dans la région de Sig (Mascara).

Dimanche 1er octobre 2000: Un policier tué par 4 hommes armés en plein centre ville de Boghni (Tizi-Ouzou).

Arrestation de 6 citoyens à Mohammedia (Mascara) pour «soutien aux terroristes ».

Des familles de disparus manifestent devant le siège national du RCD, à la rue Didouche Mourad (Alger) aux cris de « Ya Khabith, Ya Kedab, ouladna machi irhab » à l’adresse du chef de ce parti.

Sept personnes assassinées par un groupe armé à Benchicao, près de Médéa (70km au sud d'Alger). Les victimes (trois frères, leur oncle et le fils de ce dernier) ont été surprises dans leur sommeil aux environs d'une heure du matin. En prenant la fuite, les hommes armés ont également assassiné deux habitants de la même localité et blessé trois autres personnes.

Embuscade contre une patrouille de militaires à Béni Bouateb (Chlef) : 2 blessés.

Lundi 2 octobre 2000: Quatorze personnes dont des femmes et des enfants appartenant à la même famille (Benzoufa) massacrés à Aïn Soltane (El Khemis).

Un citoyen qualifié de «terroriste » tué par des miliciens à Sidi Moumen, près de Souk Ahras.

Un policier tué à un barrage dressé par des hommes armés, près du douar Debba (Relizane).

Un citoyen, chauffeur de taxi retrouvé décapité près de Sig (Mascara).

Un policier tué par deux hommes armés à Boghni (Tizi Ouzou).

Un policier tué à un barrage dressé par des hommes armés à Tlioua (Mascara).

Découverte de deux cadavres à Chender, près de Naciria (Boumerdés). Ils auraient été tués par balles et avaient les poignets ligotés.

Mardi 3 octobre 2000: Embuscade meurtrière contre un convoi militaire à Azzaba (Skikda) : 10 morts et 3 blessés graves. Récupération de l’armement par les assaillants.

Accrochage entre miliciens et maquisards à Aït Atelli, près de Larbaâ Nath Irathen (Tizi-Ouzou) : 2 miliciens tués et un autre blessé.

Attaque du campement de miliciens de Boukhalfa (Tizi-Ouzou).

Mercredi 4 octobre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’un camion militaire à Aïn Tarik (Relizane) : 2 morts et 2 blessés.

Un militaire tué et sept autres blessés par l’explosion d’une bombe au passage d’une patrouille à Bouhinoun (Tizi-Ouzou).

Un policier tué à Larbaâ (Blida) lors d'une embuscade tendue par un groupe armée à une patrouille de police.

Explosion d’une bombe au passage d’un camion de la mairie à Bourokba (Relizane) entraînant des blessures graves au chauffeur.

Jeudi 5 octobre 2000: Le chef de la milice de Ouled Aïssa, près de Baghlia (Boumerdés), tué par des hommes armés qui auraient emporté sa Kalashnikov.

Six membres présumés d'un groupe armé tués à Tala Guilef (Tizi Ouzou).

Deux citoyens tués et trois autres blessés par un groupe armé à Médéa. Toutes les victimes appartiendraient à la même famille.

Vendredi 6 octobre 2000: Un groupe armé attaque le douar Batouche (Aïn Defla) et s’empare de produits alimentaires et vestimentaires. Pas de pertes humaines.

Importante opération militaire dans les maquis de Aïn Defla.

Des hommes armés circulant à bord d’un véhicule mitraillent le commissariat de police de Draa El Mizan (Tizi-Ouzou) : un policier blessé.

Samedi 7 octobre 2000: Six personnes, des bergers de leur état, massacrés et deux filles enlevées à Talassa (Chlef). L'une d'elles sera retrouvée le lendemain égorgée.

Les cadavres de deux personnes, tuées par balles et mutilées, découverts à Mellakou (Tiaret). Il s'agirait de bergers dont le bétail aurait été subtilisé.

D’importants renforts militaires sont signalés en Kabylie, suite aux multiples accrochages avec les groupes armés.

Un citoyen tué par l'explosion d'une bombe au passage de son camion à Ammi Moussa (Relizane).

Un jeune citoyen tué par des hommes armés à un barrage dressé sur la route de Sétif.

Dimanche 8 octobre 2000: Découverte du cadavre de la jeune fille Braïkia Bakhta, 17 ans enlevée la veille par un groupe armé à Talassa (Chlef).

Quatre citoyens, qualifiés par la presse de «terroristes », tués lors d’une opération militaire dans la localité d’El Ma Labed (Tébessa).

Explosion d’une bombe au mausolée de Sidi M’Hamed Ghellab El Oued (Relizane) : Pas de victimes.

Treize hommes armés tués lors d’une opération militaire à Aïn Defla.

Lundi 9 octobre 2000: Trois militaires tués et deux autres blessés lors d’une embuscade tendue par un groupe armé à Hattatba (Tipaza).

La famille d’un milicien (l’épouse et les 5 enfants) massacrée par un groupe armé au douar Sidi Abdelaziz, près de Zemmoura (Relizane).

Deux pompiers tués, à un barrage dressé par un groupe armé à Laghouat.

Mardi 10 octobre 2000: Sabotage à l’explosif d’un oléoduc au lieu-dit El Had, près de l’Arbaâtache (Boumerdés).

Un campement de militaire attaqué par un groupe armé à Mizrana (Tizi Ouzou). Plusieurs militaires et des assaillants auraient été tués.

Mercredi 11 octobre 2000: Six personnes appartenant à une même famille (Tsamdi) tuées dans leur domicile par un groupe armé à Chréa (Blida).

Explosion de deux bombes à Berbessa, près de Koléa (Tipaza) : un citoyen grièvement blessé.

Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire à Bou Hanifia (Mascara) : 1 mort.

Un jeune citoyen qui cueillait des olives aurait été tué par un milicien à Ouled Bahamia, près de Mascara.

Jeudi 12 octobre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire à Aït Allaoua, près d’Iboudrarène (Tizi-Ouzou) : Un mort et 3 blessés.

Accrochage entre miliciens et maquisards à Kourdane, près de Lakhdaria (Bouira). Pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

Explosion d’une bombe à Sahel, près de Bourkika (Tipaza) : un citoyen blessé.

Cinq bergers tués par un groupe armé à Djebabra (Aïn Defla).

Un policier tué par un groupe armé à un barrage dressé sur la route Ain Oulmène – Ras El Oued (Sétif).

Trois membres présumés d'un groupe armé tués par des gendarmes à Oued Antar Guentis, près de Tébessa.

Un membre présumé d'un groupe armé tué près de Bordj Ménaïel (Boumerdés).

Vendredi 13 octobre 2000: Embuscade contre une patrouille militaire à Sema, près d’El Aouana (Jijel) : 3 blessés.

Deux citoyens égorgés par des hommes armés à Henchir Toumghani (Oum El Bouaghi).

Accrochage entre un groupe armé et une patrouille des services de sécurité à Berrahmoune (Boumerdés) : un membre des services de sécurité tué et deux autres blessés.

Samedi 14 octobre 2000: Cinq automobilistes tués à un barrage dressé par des hommes armés à Ain El Melh, près de Benchicao (Médéa).

Douze personnes massacrées et trois autres blessées à Ouzra (Médéa) par un groupe armé.

Violent accrochage entre militaires et des maquisards à Ben Rahmoune (Boumerdés) : 1 mort et 2 blessés.

Dimanche 15 octobre 2000: 5 paysans égorgés à Benchicao (Médéa) par un groupe armé.

Un milicien tué par l'explosion d'une bombe à Afir, près de Dellys (Boumerdés).

Un citoyen retrouvé égorgé à Benmal (Tiaret).

Lundi 16 octobre 2000: Des hommes armés mitraillent des citoyens à leur sortie de la mosquée à El Adjiba (Bouira) : 3 morts et un blessé grave.

Le centre culturel de Sidi Chami (Oran) incendié.

Accrochage entre maquisards et miliciens au village Tiguemounine (Ouacifs, Tizi-Ouzou) : pas d’informations sur d’éventuelles pertes humaines.

Un berger égorgé par un groupe armé au lieu dit Bounoual (Tiaret) et son troupeau subtilisé.

Mardi 17 octobre 2000: La kasma FLN de Sidi Chami (Oran) est ravagée par un incendie. Pas de victimes.

Explosion d’une bombe au passage d’un convoi militaire à Zardaza (Skikda) : 2 morts et 8 blessés.

Mercredi 18 octobre 2000: Un milicien tué par balle au centre-ville de Dellys par deux hommes armés.

Explosion d'une bombe dans une école à Bouchrahil (Médéa) : 7 écoliers blessés.

Onze personnes appartenant à trois familles, massacrées et 4 autres grièvement blessées par un groupe armé dans la localité de Kalloul (Chlef).

Jeudi 19 octobre 2000: Explosion d’une bombe devant le local de la milice de Dellys (Boumerdés) : 2 morts et 2 blessés.

Accrochage entre un groupe armé et des militaires au douar Kaouchèche, près de Khemis El Khechna (Boumerdès) : 5 morts.

Un entrepôt de matériel d’une entreprise de distribution d’eau incendiée au centre-ville de Chlef.

Embuscade contre une patrouille militaire à El Djouahria (Aïn Defla) : un mort et un blessé.

Vendredi 20 octobre 2000: Un citoyen tué et son épouse enlevée à un barrage dressé par des hommes armés à Lebguaria, près de Tiaret.

Seize citoyens arrêtés à Dréan (El Tarf) pour «soutien logistique à des terroristes ».

Un citoyen qualifié par la presse de «terroriste » tué et deux autres blessés par une bande de miliciens à Bouderbala (Bouira).

L’International Crisis Group publie un rapport sur l’Algérie : La crise algérienne n’est pas finie

Samedi 21 octobre 2000: 9 éléments présumés d'un groupe armé tués lors d’un ratissage militaire près de Ouled Mimoun (Tlemcen).

Dimanche 22 octobre 2000: Un militaire tué et deux autres blessés lors d’une embuscade à Tala Bounane (Tizi-Ouzou).

Deux bombes désamorcées sur un sentier fréquenté par les convois militaires à Remka (Relizane).

Lundi 23 octobre 2000: un citoyen, taxieur de profession, poignardé dans son véhicule par des inconnus au douar Sfafha (Mascara).

Un policier tué au centre ville de Tizi-Ouzou et son arme subtilisée par des hommes armés.

Un militaire tué et plusieurs autres blessés lors d’une embuscade près de Dellys (Boumerdès).

Mardi 24 octobre 2000: 3 citoyens tués à un barrage dressé par des hommes armés à Berrouaghia (Médéa).

Découverte de 8 cadavres de citoyens (famille Dahmani) à Boumaïza (Tiaret). Ils auraient été enlevés la veille par un groupe armé.

Mercredi 25 octobre 2000: Sept personnes tuées et quatre autres blessées par un groupe armé au quartier Batti dans la banlieue de Médéa.

Trois citoyens tués à un barrage dressé par des hommes armés à Chaâbat Ezitoun (Médéa).

Un milicien tué à Ouled El Guenoun, près de Mascara.

Deux cadavres ensevelis découverts par des paysans dans la commune de Ouaguenoun (Tizi-Ouzou).

Jeudi 26 octobre 2000: un jeune citoyen de 26 ans, tué à Ouled Allaoua, près d’Amoucha (Sétif) par un groupe armé.

Vendredi 27 octobre 2000 : Réponse du gouvernement au Mémorandum d’Amnesty international :

Samedi 28 octobre 2000: un milicien blessé par l’explosion d’une bombe dans son minibus à Oudjana (Jijel).

Des hommes armés attaquent le campement de la milice de Boukhalfa (Tizi-Ouzou) : pas de victimes.

Dimanche 29 octobre 2000: Deux citoyens tués à un barrage dressé par un groupe armé à Kafkala, près de Ténès (Tipaza).

Un milicien tué à son domicile à Aïn Cheikh (Médéa) par des hommes armés.

Mardi 31 octobre 2000: Un milicien tué par balle près du quartier de Oued Tolba (Tiaret).

Un citoyen tué par balles par des militaires à Frenda.

Deux garde-forestiers tués à un barrage dressé par un groupe armé à Bouderbala (Bouira).

Mercredi 1er novembre 2000: Une bombe est désamorcée dans un cimetière à Amal (Boumerdès) où se déroulait une cérémonie commémorative du 1er novembre 54.

La presse privée rapporte la mort de 7 citoyens qualifiés de «terroristes» à Fouara (Tissemsilt) au cours de la semaine écoulée.

Deux pylônes à haute tension détruits à l’explosif au lieudit «Petit Suisse », à Hammam Righa. Explosion sur le même lieu d’une bombe à l’arrivée de militaires : un mort et deux blessés.

Jeudi 2 novembre 2000: Quatre citoyens, paysans de profession tués à Hameur El Aïn (Tipaza) par un groupe armé.

Vendredi 3 novembre 2000: Les maquis de Hammam Righa (Aïn Defla) bombardés par des hélicoptères de combat durant toute la journée.

Six hommes armés tués lors d’un accrochage avec des militaires à Mossadek (Aïn Defla).

Trois hommes armés tués lors d’une opération militaire à Oued Romane (Chlef).

Samedi 4 novembre 2000: Un commandant tué et deux autres militaires grièvement blessés par l’explosion d’une bombe dans la forêt de Boukfilen (Chlef).

6 éléments d’un groupe armé et 3 militaires tués lors d’une opération militaire à Oued Romane (Chlef).

Accrochage entre maquisards et miliciens à Boukhalfa (Tizi-Ouzou). Pas de victimes.

Découverte de deux cadavres dans la forêt de Stamboul (Mascara) lors d’une opération militaire.

Dimanche 5 novembre 2000: Un policier tué à Kouba (Alger) et son arme subtilisée par des individus armés qui réussiront à prendre la fuite.

Deux frères tués par un groupe armé à la sortie de Aïn Kechra (Skikda).

Début de la visite d’une délégation d’Amnesty International.

Lundi 6 novembre 2000: un policier pris de démence tue 6 personnes (son épouse, ses deux enfants et des voisins) à Bouchekif (Tiaret) avant de se suicider.

Mardi 7 novembre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille militaire à Tizi Khouilel (Bouira) : 1 mort et 4 blessés.

Une bombe est désamorcée dans une ruelle de la ville d’El Khemis (Ain Defla).

Mercredi 8 novembre 2000: 2 miliciens tués à Tifelfel, près d’Arris (Batna).

Un militaire tué et un autre blessé à un barrage dressé par des hommes armés en tenue militaire à Ath Mansour (Bouira).

Jeudi 9 novembre 2000: 3 miliciens tués et 4 autres grièvement blessés à El Hassania (Chlef) lors d’une embuscade.

Un milicien tué à Aïn Chraïa, près de Collo (Jijel).

Accrochage entre militaires et un groupe armé à Medjahdia (Chlef) : un élément du groupe armé tué.

Les organisations satellites du régime engagent une campagne «spontanée» de dénonciation d’Amnesty International.

Deux membres présumés d'un groupe armé tués lors d’une opération militaire sur la route Médéa-Timezguida.

Dimanche 12 novembre 2000: 5 membres présumés d'un groupe armé tués lors d’une opération militaire dans la forêt de Zemra (M’Sila).

Trois citoyens tués et une femme enlevée à Haouch Bouagab (Boufarik) par un groupe armé.

Deux militaires tués à un barrage dressé par des hommes armés à Bechloul (Bouira)

Un membre présumé d'un groupe armé tué à Ouled Djelloul (Bordj Bou Arréridj) lors d’une opération militaire.

Lundi 13 novembre 2000: 4 miliciens blessés lors d’un accrochage avec des maquisards à Lakhdaria (Bouira).

Mercredi 14 novembre 2000: Deux maquisards tués et un gendarme blessé lors d’un accrochage à Bouarara, près d’El Hassasnia (Chlef).

Mercredi 15 novembre 2000: Un rassemblement de familles de "disparus" violemment dispersé par les brigades anti-émeutes devant le palais de justice d’Oran.

Un citoyen tué par un groupe armé à un barrage dressé sur la route Tréat-Chetaïbi (Annaba).

Un policier se suicide au commissariat de Sidi Salem, près d’El Bouni (Annaba).

Vendredi 17 novembre 2000: Quatre morts et quatre blessés lors de l’explosion d’une bombe placée devant le domicile d’un citoyen à Ouzra (Médéa).

Samedi 18 novembre 2000: Ratissage de l’armée dans la forêt de Baïnem (Alger), suite à la découverte de 4 cadavres.

Dimanche 19 novembre 2000: Une voiture piégée désamorcée en plein centre-ville d’El Khemis (Aïn Defla).

Lundi 20 novembre 2000: Dix personnes dont huit membres d’une même famille (Barani) tués par des hommes armés en tenue parachutiste à Bou Ismail (Tipaza).

Un groupe armé attaque la brigade de gendarmerie de Guedila, près de Biskra. Pas de victimes.

Une bombe désamorcée au lycée Amizour (Béjaïa).

Mardi 21 novembre 2000: 8 bergers tués à Dhamnia, près Ténès, par des hommes armés.

Mercredi 22 novembre 2000: Un milicien se suicide à Ouled Zitoun (El Tarf).

Jeudi 23 novembre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille de militaires et de policiers au lieudit Talouine, près de Kadiria (Bouira) : 2 militaires tués et un policier grièvement blessé.

Un citoyen retrouvé décapité à Thouilila, près de Hassi Bahbah (Djelfa).

Deux citoyens dont un « repenti », tués dans leur magasin situé à la cité Salem, dans la ville de Chlef par des hommes armés circulant à bord d’un véhicule de type Express.

Vendredi 24 novembre 2000: Accrochage entre une bande de miliciens et des hommes armés circulant à bord d’un véhicule à Aït Yahia Moussa, près de Draa El Mizan (Tizi Ouzou). Pas de victimes.

Mardi 28 novembre 2000: Embuscade contre une patrouille de police à Naciria (Boumerdès) : Un policier et un assaillant tués et un policier blessé.

Mercredi 29 novembre 2000: Quinze citoyens arrêtés à Bir Ghebalou (Bouira) pour « troubles à l’intérieur d’une mosquée »

Opération de ratissage dans les monts de Merchicha et Thakharat, dans la région de Thénia (Boumerdès). La région est bombardée par des hélicoptères de combat : 2 éléments présumés d’un groupe armé tués.

Jeudi 30 novembre 2000: Un jeune citoyen découvert égorgé sur la route Benchicao-Sidi Mahdjoub (Médéa).

Le procès de l’assassin présumé de Hachani à nouveau reporté.

Vendredi 1er décembre 2000: Un citoyen du nom de Mazari Ahmed qualifié par la presse de «terroriste » tué lors d’une embuscade tendue par des militaires et des miliciens à Sidi Naamane (Tizi-Ouzou).

Samedi 2 décembre 2000: Importante opération de ratissage de l’armée dans la région de Boghni (Tizi-Ouzou).

Des hommes armés tirent sur de jeunes citoyens au quartier Dumiez de Berrouaghia (Blida) : 3 morts.

Quatre militaires du service national tués à un barrage dressé par un groupe armé en tenue militaire au lieudit Tilatou, entre Aïn Touta et Barika (Batna).

Dimanche 3 décembre 2000: Des hommes armés circulant à bord d’un véhicule mitraille des fidèles sortant de la mosquée après les prières des Taraouih, dans le quartier Boutrifis de Djelfa : 4 morts.

Une bombe désamorcée au centre-ville de Chlef.

Lundi 4 décembre 2000: Les monts d’El Ancer (Jijel) bombardés par des hélicoptères de combat.

Accrochage entre miliciens et militaires d’une part et un groupe de maquisards d’autre part au lieudit Ouled Malleh, près d’Oued Roumane (Chlef) : 5 maquisards et 3 miliciens tués. Trois autres miliciens blessés.

Mardi 5 décembre 2000: Explosion d’une bombe au passage d’une patrouille de police entre Sahel Bouberak et Baghlia (Boumerdès) : 3 morts.

Mercredi 6 décembre 2000: Deux postes de miliciens attaqués à Taourirt (Bouira) : 2 civils tués et 6 miliciens blessés (El Watan du 11/12/00).

Un citoyen qualifié par la presse de «dangereux terroriste » tué dans la forêt de Béni Bouattab (Chlef) lors d’une opération de ratissage. (El Watan du 8-9/12/00).

Un milicien tué et son arme subtilisée à Bouira (El Watan du 11/12/00).

Jeudi 7 décembre 2000: Une bombe aurait été désamorcée dans un café du centre-ville de Laghouat (Le Matin du 10/12/00).

Un milicien tué à Bounouh (Tizi-Ouzou) par un groupe armé. (Le Soir d’Algérie du 10/12/00)

Vendredi 8 décembre 2000 : Interception d’un véhicule par des hommes armés à un barrage dressé au lieudit Béni Hamdane, dans la banlieue de Constantine : le fils d’un milicien égorgé. (El Watan du 10/12/00).

Embuscade au lieudit El Gaâda El Hamra, près de Boghar (Médéa) contre un groupe de miliciens : 3 morts (Le soir d’Algérie du 13/12/00).

Un milicien tué et un autre blessé à Tablat (Médéa) par un groupe armé (Le Matin du 10/12/00).

Samedi 9 décembre 2000: Un policier tué à la cité La Plaine de Bordj Ménaïel (Boumerdès) par des hommes armés venus à bord d’un véhicule. (El Watan du 11/12/00).

Un policier et un civil tués à Bechloul (Bouira) par un groupe armé d’une dizaine d’hommes (El Watan du 11/12/00).

Un milicien tué et un autre blessé à Ouled Maâmar, près de l’Arbaâtache (Boumerdès) par un groupe armé (Le Matin du 11/12/00).

Deux citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » tués près de Tidjelabine et à Dellys (Boumerdès) lors d’opérations militaires. (Le Matin du 11/12/00)

Dimanche 10 décembre 2000: Embuscade contre un convoi militaire au lieudit Kahouat Errih, près de Tarek Ibn Ziad (Aïn Defla) : 5 militaires et un assaillant tués et 4 blessés. (El Watan du 12/12/00)

Un citoyen tué et un autre blessé à un barrage dressé par un groupe armé à Tizi Ouchir, près de Miliana (El Watan 12/12/00).

Deux citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » arrêtés par des militaires dans la forêt de Tachabount (Aïn Defla) (El Watan du 12/12/00).

Trois citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » tués et un autre arrêté à Mendès (Relizane) lors d’un ratissage militaire. (El Watan du 12/12/00).

1 milicien tué à Souk Thenine (Tizi-Ouzou) suite à l’attaque d’un cantonnement de la milice (Liberté du 12/12/00).

Un milicien tué à Chabet El Ameur, dans la wilaya de Boumerdès (Liberté du 12/12/00).

Lundi 11 décembre 2000: Le massif de Collo (Jijel) bombardé par la marine et l’aviation depuis l’aube. Dix neuf citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » auraient été tués, notamment dans la forêt de Bordj Thar (El Watan du 13/12/00).

Opération de ratissage menée par des militaires, des policiers et des miliciens dans les régions de Souk Thenine et Maâtkas (Tizi-Ouzou) au lendemain de la mort d’un milicien (Le soir d’Algérie 13/12/00).

Un citoyen qualifié par la presse de «terroriste » tué à Djebra (Jijel) lors d’une opération des services de sécurité (El Watan du 13/12/00).

Un milicien tué près de son cantonnement à Ouled Lemaïz (Guelma) par trois hommes armés (El Watan du 13/12/00).

Deux citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » tués à Béni Bouattab (Chlef) lors d’une opération de ratissage (El Watan du 13/12/00).

Trois militaires tués et une vingtaine d'autres blessés au lieudit «13e », à la frontière des wilayas de Boumerdés et Tizi-Ouzou, suite à une embuscade tendue par un groupe armé. Un assaillant tué lors de l’accrochage. (Le Soir d’Algérie du 13/12/00).

Cinq citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » tués dans la région de Tigzirt (Tizi-Ouzou) lors d'une opération militaire (Liberté du 13/12/00).

Un poste militaire situé au lieu-dit Sidi M’Hand Sadi près de Tigzirt attaqué par un groupe armé. On parle de plusieurs morts et blessés. (Liberté du 12/12/00).

Embuscade contre un convoi militaire, à Mazar, près de Tigzirt (Tizi-Ouzou) : 5 morts et 10 blessés. Un assaillant est tué au cours de l’accrochage (Liberté du 13/12/00).

Neuf miliciens tués et deux autres blessés lors de l’explosion d’une bombe à Bordj Thar (Jijel) au moment même où se déroulait une vaste opération de bombardement et de ratissage. (Liberté du 13/12/00).

Deux citoyens qualifiés par la presse de «terroristes » tués à El Abadel, près de Béni Bouateb (Chlef) lors d’une opération militaire (Liberté du 13/12/00).

Mardi 12 décembre 2000: Un milicien tué à Bouchetata (Skikda) par un groupe armé (Liberté du 13/12/00).

Mercredi 13 décembre 2000: Deux miliciens tués devant la mairie d’Assi Youcef, près de Boghni (Tizi-Ouzou) et leurs armes récupérées par un groupe armé (Le Matin du 15-16/12/00).

Un milicien tué à la cité Bensouna, dans la banlieue de Chlef par deux hommes armés circulant à bord d’une mobylette. (Le Matin du 15-16/12/00).

Embuscade meurtrière contre un convoi militaire sur la route Derrag (Médéa) : 10 morts et plusieurs blessés parmi les militaires et 6 morts parmi les assaillants. (El Watan du 15-16/12/00).

Jeudi 14 décembre 2000: Un policier tué devant le commissariat de Chorfa (Chlef) par deux hommes armés (Le Matin du 15-16/12/00).

Explosion de deux bombes au passage d’une patrouille de gendarmerie à Bordj Ménaïel (Boumerdès) : 3 gendarmes blessés grièvement. (Le Soir d’Algérie du 17/12/00).

Vendredi 15 décembre 2000: Explosion d’une bombe à la décharge publique de Mezghitine (Jijel) : Un milicien grièvement blessé (El Watan du 17/12/00).

L’usine des plastiques et caoutchoucs (ENPC) de Draâ El Mizan (Tizi-Ouzou) attaquée par un groupe armé. Pas de victimes ni de dégâts (Liberté du 17/12/00). Il est à noter que cette entreprise publique est l’une des rares qui restent fonctionnelles dans la région avec l’ENIEM d’Ouled Aïssi (victime d’un attentat à la bombe durant l’été dernier).

Embuscade contre une bande de miliciens à Boumehni, près de Draâ El Mizan : 2 blessés. (Liberté du 17/12/00).

Un milicien tué à Afir, près de Dellys (Boumerdès) par des hommes armés. Son arme et son talkie-walkie lui auraient été subtilisés (Liberté du 17/12/00).

Un citoyen blessé, plusieurs autres rackettés et deux bus brûlés à un barrage dressé par des hommes armés à la sortie nord d’Amal, dans la wilaya de Boumerdès (Le Matin du 17/12/00)

Attentat à la bombe contre une patrouille de gendarmes à Souk El Had (Boumerdès) : pas de victimes (Le Matin du 17/12/00)

Samedi 16 décembre 2000: Un groupe armé fait irruption dans le dortoir du lycée professionnel de Médéa : 16 lycéens et leur surveillant tués. (El Watan du 18/12/00).

Un policier tué près de son domicile au centre-ville de Chlef par un groupe de 5 hommes armés. (El Watan du 18/12/00).

Un bus reliant Oued Guessab à Chaârir (Ténès) est mitraillé par un groupe armé : 18 morts et 7 blessés (El Watan du 19/12/00).

Dimanche 17 décembre 2000: Des hommes armés ouvrent le feu sur des citoyens au quartier Derdara de Khemis Miliana (Aïn Defla) : 5 morts et 4 blessés (El Watan du 19/12/00).

Huit membres de la même famille (Bouchekima) tués par des hommes armés à Khemis Miliana (El Watan du 19/12/00).

Un jeune citoyen égorgé à son domicile à Legata, près de Zemmouri (Boumerdès) par des hommes armés. (Liberté du 19/12/00).

Des barrages dressés par des hommes armés sont signalés à Mizrana (Tizi-Ouzou) et Si Mustapha (Boumerdès). Pas de victimes (Liberté du 19/12/00).

Lundi 18 décembre 2000: Le quotidien privé El Watan fait état de la mort de 11 citoyens qualifiés de «terroristes » dans la région de M’Sila durant la période allant du 5 novembre au 13 décembre 2000.

Un poste de miliciens attaqué à Ouled Messaoud, dans la commune de Harbil (Médéa) : un mort et un blessé (Le Matin 20/12/00).

Vaste ratissage militaire dans la région de Béjaïa avec utilisation d’hélicoptères de combat dans le bombardement des maquis (Le Matin du 20/12/00).

22 personnes massacrées au hameau des Ouled Mahieddine (Ténès) lors de l’attaque de leurs gourbis par un groupe armé (El Watan du 20/12/00).

Explosion d’une bombe au marché de Laghouat : 16 blessés, dont deux grièvement. (El Watan du 20/12/00).

Un officier de police blessé par balles, à la sortie de son domicile au centre-ville de Bouira (El Watan du 20/12/00).

Un jeune citoyen tué par un groupe armé à Tirmitine près de Tizi-Ouzou (Le Matin du 21/12/00).

Deux citoyens tués à Chetaïbi (Annaba) par un groupe armé (Liberté du 20 décembre 2000).

Explosion d’une bombe à Draa-Smar (Médéa) : une femme grièvement blessée (Liberté du 20 décembre 2000).

Mardi 19 décembre 2000: Explosion d’une bombe dans un minibus de voyageurs en plein centre-ville de Tiaret : 2 morts et 17 blessés (Le Matin du 21/12/00).

Un citoyen, enseignant de profession, retrouvé égorgé à Erraguène dans la wilaya de Jijel (Le Matin du 21/12/00).

Un «repenti » tué au marché de Tizi-Ouzou par des inconnus (Le Matin du 21/12/00).

Un citoyen blessé à un barrage dressé par des hommes armés sur l’axe Khemis Miliana-Ouled Belgacem. (Le Matin du 21/12/00).

Cinq membres d’une même famille (Labdi) tués par un groupe armé au douar Ouled Abbas, près de Djendel dans la wilaya de Aïn Defla (Le Matin du 21/12/00).

Un milicien tué et deux autres blessés lors d’un accrochage avec une unité de l’armée à Béni Yadjis, près de Texenna, dans la wilaya de Jijel (El Watan du 21/12/00).

Embuscade contre une bande de miliciens dans la commune de Hassi, près d’Ammi Moussa (Relizane) : 6 morts et deux blessés (El Watan du 21/12/00).

Le quotidien Le Soir d’Algérie rapporte la mort de 10 «terroristes » suite à une opération militaire entre Ouled Attia et El Milia (Skikda), durant les dernières 48 heures.

Un capitaine de l’armée tué à coups de poignard devant la grande mosquée de Jijel. L’auteur du crime serait un repris de justice qui aurait été arrêté (Liberté du 21/12/00).

Mercredi 20 décembre 2000: El Watan, citant des «sources sécuritaires » rapporte la mort de 8 «terroristes » dans la région de Jijel, suite à une vaste opération militaire, durant les deux derniers jours.

Embuscade contre un convoi militaire, près de la ville de Dellys (Boumerdès) : nombre indéterminé de blessés (Le Matin du 22-23/12/00).

Jeudi 21 décembre 2000: Explosion d’une bombe dans un cimetière de Sidi Akkacha, près de Ténès : un mort et 4 blessés (El Watan du 23/12/00).

Un milicien tué à El Ancer (Jijel) par des hommes armés (Le Matin du 22-23/12/00).

Vendredi 22 décembre 2000: Un groupe armé fait irruption dans un restaurant de Berrahal (Annaba) et tire sur les consommateurs : une chanteuse tuée et plusieurs blessés (El Watan du 24/12/00).

Un citoyen de 68 ans tué par balles au quartier Ben Boulaïd, à Mohammedia (Le Matin du 24/12/00).

Un citoyen (Belhadjouri) et son fils âgé de 14 ans tués par l’explosion d’une bombe déposée près de leur domicile dans le hameau de Houmlit, près de Blida (El Watan du 24/12/00).

Une bombe est désamorcée au domicile de l’ex-DEC (maire désigné) d’Oued Fodda, dans la wilaya de Chlef. (El Watan du 24/12/00).

Opération militaire contre le refuge d’un groupe armé au douar d’Eskara, près d’El Attaf : 7 morts dont un policier et deux militaires blessés dont un officier, ainsi que deux pompiers. Un survivant du groupe armé aurait été capturé. (El Watan du 24/12/00).

Samedi 23 décembre 2000: Un milicien tué dans le quartier de Madinet El Hayat, dans la ville de Lakhdaria (Bouira) par des hommes armés (El Watan du 25/12/00).

Un milicien et son fils égorgés au lieu-dit Oued Salsal, près de Tamalous (Skikda) par des hommes armés. (Le Soir d’Algérie du 26/12/00).

Un jeune citoyen tué à son domicile à Mechta Bouhama, près de Guelma par des hommes armés. (El Watan du 25/12/00).

Un citoyen, propriétaire d’une salle de jeux à Oued El Djemaâ, près de Djendel (Aïn Defla), égorgé par un groupe armé (El Watan du 25/12/00).

Un commerçant tué de 3 balles dans la tête, est retrouvé gisant dans son camion à Ighrem dans la wilaya de Bouira. (El Watan du 24/12/00).

Accrochage entre un groupe armé et une bande de miliciens à Mechra Sfa, près de Tiaret : 2 membres du groupe armé tués (Le Matin du 26/12/00)

Dimanche 24 décembre 2000: Le chef d’un groupe de miliciens de Bouidel, un certain Lounés Azoug, tué à Amal (Boumerdés) par des hommes armés (Le Matin du 26/12/00).

Un couple tué au lieudit Oued Ennhel, près de Azzaba (Skikda) par des hommes armés (El Watan du 26/12/00).

Lundi 25 décembre 2000: En visite sur les lieux des massacres à Chlef, le «ministre » de l’Intérieur déclare que «le terrorisme vit ses derniers moments » (Le Matin du 26/12/00)

Mardi 26 décembre 2000: Le mois sacré du Ramadhan se termine avec plus de 300 morts selon le décompte de la presse privée et des agences de presse.

Un poste de miliciens situé à Oued Z’Mout (Khenchela) attaqué par un groupe armé : 1 mort (El Watan du 29-30/12/00).

Explosion d’une bombe au cimetière d’El Hoceinia (Aïn Defla) : 2 personnes grièvement blessées. (El Watan du 29-30/12/00).

Explosion d’une autre bombe au cimetière de Aïn Soltane (Aïn Defla) : 2 blessées. (El Watan du 29-30/12/00).

Mercredi 27 décembre 2000: Embuscade contre un groupe de miliciens à M’dila, près de Négrine (Aurès) : 4 morts et deux miliciens enlevés. (El Watan du 29-30/12/00)

Vendredi 29 décembre 2000: Explosion d’une bombe dans un cimetière, près de la cité des 248 logements de Tiaret : deux personnes grièvement blessées (Liberté du 31/12/00).

Deux hommes armés tués par des miliciens à Sidi Bouzid près de Djelfa et découverte de deux bergers égorgés dans la même localité. (Liberté du 31/12/00).

Un paysan du nom de Boukretta Ahmed, tué par des hommes armés au douar Athamnia, près de Khemis Miliana (El Watan du 31/12/00).

Dimanche 31 décembre 2000: 5 personnes dont 4 enfants tués dans un local commercial du quartier de Boutrifis, à Djelfa par deux hommes armés (El Watan du 2/01/01).

Explosion de deux bombes près d’un relais électrique à Maâlma, près de Lakhdaria (Bouira) : un technicien de la Sonelgaz et un militaire tués. (El Watan du 02/01/01).

Deux jeunes citoyens égorgés par un groupe armé en tenue militaire à Béni Zid, près de Collo (El Watan du 3/01/01).


 

Retour Sommaire