Disparition de Abdelaziz ZOUBIDA

Algeria-Watch, 17 avril 2007

 

De source sûre Algeria-Watch a obtenu l'information de la disparition de Monsieur Abdelaziz ZOUBIDA. Etudiant en fin de cycle à l’université des sciences islamiques de Constantine, âgé de 25 ans, résident à la cité universitaire Zouaghi Slimane II, habitant à la wilaya de Tiaret (au chef lieu), il a disparu le mercredi 11 avril 2007 vers 19h45 après avoir été enlevé par des membres du DRS (Département de la Sécurité et du Renseigment). Depuis, il n’a plus donné aucun signe de vie.

L’histoire de sa disparition remonte à la matinée du 11 avril 2007, lorsque des agents de sécurité de la cité universitaire où réside Abdelaziz sont venus le chercher à sa chambre, alors qu'il se trouvait à l’université. Quand son camarade de chambre Abdelkader est rentré de l’université vers 16h il a été informé par l’un de ses amis de ce fait.

Abdelaziz a lui-même été informé par son camarade de chambre dès son retour vers 18h30. Vers 19h30 Abdelaziz et son ami se trouvaient dans leur chambre quand l’agent de sécurité (Khaled) est venu le chercher et l'informa que des visiteurs l' attendaient à la loge de la cité universitaire avoisinante Zouaghi Slimane I.

Abdelaziz s’est rendu immediatement à la loge de la cité universitaire Z.S. I et n'est jamais revenu. Ses amis et ses collegues ont contacté à plusieurs reprises les agents de sécurité des deux cités universitaires qui leur ont laissé entendre qu’il avait été arrêté par deux agents du DRS venus à bord d’un véhicule Cielo gris immatriculé Alger (16) et qu’il avait été emmené avec eux.

Le directeur de la cité universitaire Z.S II contacté par les amis et les collegues de Abdelaziz leur a dit qu’il ne pouvait rien faire; à la suite de quoi, ils se sont rendus à la brigade de gendarmerie la plus proche qui les a informés de l’ouverture d’une enquête et promis de leur répondre dés qu’il y aura quelque chose de nouveau.

La famille n’a été informée par les collègues de Abdelaziz que le 16 avril et elle prévoit de déposer une plainte auprès du procureur de la République de Constantine.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org