Le syndicat des postiers dénonce des «intimidations»

par M. Aziza, Le Quotidien d'Oran, 11 février 2018

  Pour protester «contre le nouvelle loi sur la retraite et le nouveau code du travail», «la dégradation du pouvoir d'achat des Algériens» et «des atteintes aux libertés syndicales», le Syndicat algérien des postiers, appelle les postiers à débrayer ce mercredi (14 février). Le syndicat suit, ainsi, avec les membres de l'Intersyndicale qui ont décidé, de durcir leur mouvement de protestation, en annonçant la tenue d'une journée de protestation et de grève nationale, en cette date. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Syndicat national automne des postiers a dénoncé «la situation socioprofessionnelle, jugée catastrophique, des travailleurs de la Poste, aujourd'hui, en raison de la gestion anarchique et irresponsable de l'entreprise». Les rédacteurs du communiqué ont dénoncé, également, la marginalisation du Syndicat autonome, dans les discussions et le dialogue avec le partenaire social. «Les responsables de l'entreprise ignorent complètement le Syndicat autonome des postiers, parce qu'il défend, essentiellement, les droits des travailleurs qui sont complètement bafoués», déplorent-ils. Le syndicat s'est insurgé, également, contre les intimidations des travailleurs, notamment, les adhérents du Syndicat autonome, de la part de l'administration et réclame, toujours, l'octroi de la prime de rendement aux postiers. Le syndicat réclame, en outre, deux jours de repos durant la semaine, au même titre que l'ensemble des travailleurs algériens. Et demande l'application des décisions de justice notamment, pour la réintégration des travailleurs déjà renvoyés.

 
Version imprimable
Luttes syndicales  
www.algeria-watch.org