Neuf Palestiniens tués: Nouveau massacre à Ghaza, Washington s'oppose à une enquête

par R.N., Le Quotidien d'Oran, 8 avril 2018

  Le Koweït, membre non permanent du Conseil de sécurité, a demandé vendredi à cette instance d'adopter une déclaration appelant à une enquête indépendante sur la répression israélienne de la «marche du retour» palestinienne, mais les Etats-Unis ont bloqué cette démarche comme ils l'avaient déjà fait il y a une semaine, selon des diplomates. «C'est un sujet dont doit s'occuper le Conseil de sécurité», avait déclaré dans l'après-midi à la presse l'ambassadeur du Koweït à l'ONU, Mansour al-Otaibi. Il avait précisé avoir demandé au Conseil l'adoption d'une déclaration identique à celle déjà présentée la semaine dernière et qui avait été alors bloquée par les Etats-Unis. Vendredi, Washington s'est à nouveau opposé à une saisie du Conseil de sécurité et a interrompu une procédure de silence qui devait conduire à l'adoption du texte, selon un diplomate d'un pays membre du Conseil de sécurité ayant réclamé l'anonymat, cité par l'agence AFP. Si la plus haute instance de l'ONU ne fait rien, «cela encourage Israël» dans ses opérations contre les Palestiniens et ces derniers se réservent la possibilité de saisir l'Assemblée générale de l'ONU (193 pays) pour obtenir un «mandat« visant à ouvrir une enquête internationale, avait indiqué dans la journée l'ambassadeur palestinien à l'ONU, Riyad Mansour.

Neuf morts et 500 blessés

Un journaliste palestinien travaillant pour l'agence Ain Media, basée à Ghaza, blessé vendredi par des tirs de soldats de l'armée de l'occupation israélienne est décédé, a annoncé hier samedi dans un communiqué le ministère palestinien de la Santé. Il s'agit du journaliste Yasser Mourtaja. Une vidéo prise au moment où il était transporté vers un centre de soins le montre portant une veste sur laquelle était mentionné «presse». Au total, neuf Palestiniens sont morts sous les balles de l'armée israélienne à la frontière vendredi, selon le ministère qui a aussi annoncé la mort, des suites de ses blessures par balle d'un homme de 20 ans, Hamza Abdel Aal. Près de 500 Palestiniens ont également été blessés par balles, a ajouté le ministère. Le 30 mars, au début d'une série de manifestations palestiniennes pour réclamer le retour des réfugiés et la fin du blocus de Ghaza par Israël, les violences ont coûté la vie à 19 Palestiniens et blessé quelque 1.400, la journée la plus sanglante depuis l'agression israélienne en 2014. Le mouvement de protestation, baptisé «la marche du retour», prévoit des rassemblements et campements durant six semaines à la frontière pour réclamer «le droit au retour» de quelque 700.000 Palestiniens chassés de leurs terres.

 
Version imprimable
La guerre contre le Liban et la Palestine  
www.algeria-watch.org