Algérie-Niger: Neuf accords et mémorandums d'entente signés

par R. N., Le Quotidien d'Oran, 18 mars 2017

L'Algérie et le Niger ont signé, jeudi dernier, à Niamey, neuf accords et mémorandums d'entente, issus des travaux de la première session de la Haute Commission mixte algéro-nigérienne. La cérémonie de paraphe de ces accords s'est déroulée sous la coprésidence du Premier ministre Abdelmalek Sellal et de son homologue nigérien, Brigi Rafini. Le protocole d'accord portant création du Conseil d'affaires algéro-nigérien a été signé par le directeur général de la Chambre algérienne du Commerce et d'Industrie, Mohamed Chami et par Moussa Sidi Mohamed, de la CACI du Niger. Le mémorandum d'entente sur la coopération, dans le domaine de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication a été signé par la ministre Houda Imane Feraoun, et par le ministre des Télécommunications et de l'Economie numérique du Niger, Sani Maïgochi. Une convention de jumelage entre l'Ecole d'application de police de Soumâa et l'Ecole nationale de police et de la formation permanente de Niamey, ainsi qu'un mémorandum d'entente pour le renforcement de la coopération, en matière de police, ont été signé par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui et son homologue nigérien, Mohamed Bazoum. Dans le domaine du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, un mémorandum d'entente de coopération a été, aussi, signé par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel et le ministre des Affaires étrangères nigérien, Ibrahim Yacoubou. Les mêmes responsables ont paraphé le mémorandum d'entente dans le domaine de la protection et de la promotion de la femme, du genre et de l'enfant, ainsi qu'un autre mémorandum d'entente de coopération dans le domaine de la Communication. Un protocole d'accord entre l'Organisme national de contrôle technique des travaux publics (CTTP) et le Centre de perfectionnement des travaux publics nigérien (CPTP) a été paraphé par M. Messahel et le ministre l'Equipement, Kadi Abdoulay. Les deux ministres ont, en outre, signé le protocole entre le Laboratoire central des travaux publics algérien (LCTP) et le Laboratoire national des travaux publics et du Bâtiment du Niger (LNTP /B).

Un «démarrage prometteur»

Pour M. Sellal, les résultats de cette session sont «un démarrage prometteur». Le Premier ministre a souligné l'existence de certains secteurs dans lesquels l'Algérie et le Niger peuvent développer leur coopération, à l'exemple de la Santé. «En matière de stratégie, nous avons besoin d'une économie vertueuse qui mette fin aux circuits informels et au banditisme qui nuisent aux économies des deux pays», a affirmé M. Sellal, dans son intervention, à l'ouverture du Forum des hommes d'affaires des deux pays, tenu à l'occasion de la Haute Commission mixte algéro-nigérienne, invitant les opérateurs des deux pays, à «s'insérer» dans cette vision et à passer à une autre étape dans les échanges et «donner un nouvel essor aux relations économiques» entre les deux pays. Pour sa part, M. Brigi a estimé que la première Haute commission algéro-nigérienne «a été un grand succès, au regard des résultats atteints et de l'atmosphère de convivialité et de fraternité qui a caractérisé son déroulement».

Le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, a mis en évidence «les facilités d'investissement qu'offre le Niger», estimant que son pays regorge d'opportunités d'affaires dans divers secteurs d'activités comme les Mines, l'Energie, l'Industrie, l'Agriculture». Il a relevé, à cet effet, que le Niger «a mis en place des dispositifs réglementaires qui favorisent les affaires», citant le «libre accès aux marchés publics» ainsi que la disponibilité des autorités nigériennes à accompagner les opérateurs algériens, dans leurs projets.

Stratégie commune de lutte contre l'insécurité

Par ailleurs, Abdelmalek Sellal a plaidé pour une «stratégie commune» dans la lutte contre l'insécurité, dans la sous- région, relevant que la menace terroriste empêche la mise en œuvre des actions de coopération prévues entre l'Algérie et le Niger. «La menace terroriste qui empêche, certainement, une mise en œuvre parfaite des actions de coopération, convenues par nos deux pays, mérite d'être au centre de notre stratégie commune de lutte contre l'insécurité, dans notre sous-région», a-t-il déclaré. Il a estimé qu'un «intérêt particulier doit être porté, de façon continue, à la sécurisation des zones frontalières commune pour les mettre à l'abri des réseaux terrorises et autres criminels connexes», relevant qu'une «telle sécurisation appelle au renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine militaire et sécuritaire et à la poursuite de la coordination, en matière de lutte opérationnelle commune contre le terrorisme et la criminalité organisée au sein des forums des pays du Champ et du processus de Nouakchott».

M. Sellal a, en outre, plaidé pour la poursuite de la coopération algéro-nigérienne dans le domaine de la circulation des personnes afin de combattre, conformément aux lois en vigueur, les séjours clandestins qui, en raison de la vulnérabilité des victimes, peuvent être exploités par des réseaux criminels connus.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org