Mise au point du Président: Bouteflika va-t-il lâcher Tebboune ?

par Moncef Wafi, Le Quotidien d'Oran, 9 août 2017

Vit-on les derniers jours de Tebboune à la tête du gouvernement ? A croire le site électronique du quotidien arabophone Ennahar, on serait presque tenté de le penser puisqu'il rapporte, dans son édition d'hier, une véritable colère piquée par le président de la République qui a sommé le gouvernement d'arrêter sa campagne de harcèlement contre les opérateurs économiques. Une campagne qui a exporté une mauvaise image de l'investissement dans le pays. Le journal qui ne cite aucune source, se contentant d'évoquer des «informations disponibles», croit savoir que Bouteflika a demandé qu'on mette un terme à la confusion des initiatives gouvernementales comme il a tenu à exprimer ses regrets sur la médiatisation «exagérée» des récentes décisions du gouvernement qui ont donné l'impression à l'opinion publique nationale et internationale qu'il existe une campagne officielle organisée contre les hommes d'affaires. Selon toujours la même source, l'intervention du chef de l'Etat intervient sur la base de rapports reçus faisant état de pressions exercées sur des walis à travers des directives orales et écrites concernant le foncier industriel et l'investissement. Le président de la République aurait même évoqué les commissions d'enquête dépêchées par le gouvernement et composées par des fonctionnaires des ministères des Finances et du Commerce pour investiguer sur les hommes d'affaires et enquêter sur l'opération de distribution de terres agricoles par les pouvoirs publics au profit d'investisseurs privés. Toujours d'après la même source d'informations, Bouteflika aurait également reçu des rapports sur des directives envoyées aux établissements bancaires pour geler les prêts octroyés aux promoteurs à cause de l'échec du programme LPP comme il a donné instruction pour le transfert des fonds destinés à l'investissement pour le financement des programmes LPA. Le Président aurait même tancé son Premier ministre lui ordonnant de répercuter les instructions présidentielles estampillées «urgent» sur les départements ministériels concernés, en insistant sur le respect des textes pour corriger tout écart pouvant survenir. Il a aussi souligné la nécessité pour le gouvernement d'éviter toute publicité inutile et de se concentrer sur la création d'un climat serein pour permettre un bond économique dans les meilleures conditions. Quant à l'instauration des licences, le journal rapporte que Bouteflika aurait été informé des recours déposés par certains importateurs dont les marchandises ont été saisies. Il aurait même demandé de libérer ces produits avant l'approbation des licences d'importation en insistant lourdement auprès du ministre des Finances de traiter les dossiers urgents.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org