L’affaire de l’attaque de Tiguentourine bientôt devant la cour d’Alger, sept personnes poursuivies

Hadjer Guenanfa, TSA, 12 Septembre 2017

L’affaire de l’attaque terroriste contre le complexe gazier de Tiguentourine dans la wilaya d’Illizi sera examinée, le 4 octobre prochain, par la chambre d’accusation près la Cour d’Alger, a-t-on appris d’une source judiciaire.

Sept personnes sont poursuivies dans le cadre de cette affaire, selon la même source. Il s’agit de Abdelkader Derouich alias Abou Bara, originaire de Franda (Tiaret), de Bouziane Kerroumi alias Redouane, originaire de Adrar, du Tunisien Derbali Laroussi alias Abou Talha et de Djafaar Bouhafs alias Behous, originaire de El Menia (Ghardaïa). Quatre accusés qui ont été arrêtés le 31 octobre 2013.

Les trois autres, à savoir Mokhtar Belmokhtar, dit Belaouar, visé par une frappe américaine en 2015, Ali Hamel alias Bougharara, également originaire d’El Menia (Ghardaïa) et du Malien, Moulaï Hamel alias Hanou, sont en fuite.

Les sept personnes sont notamment accusées de « port et transport d’équipements de guerre, d’armes et de munitions des catégories 1, 2 et 3 sans autorisation », d’« homicide avec préméditation et utilisation de la torture et d’actes sauvages », d’« homicide volontaire lié à un autre crime ou visant à faciliter un autre crime ou la fuite de ses auteurs », de « kidnapping ou prise d’otage avec port d’un uniforme réglementaire », de « kidnapping avec torture physique » et de « menace ».

La chambre d’accusation va examiner le dossier afin de requalifier les faits ou renvoyer le dossier devant le tribunal criminel pour le procès.

L’attaque terroriste contre le complexe gazier de Tiguentourine a eu lieu en janvier 2013 et s’était terminée dans un bain de sang, avec la mort d’une quarantaine d’otages étrangers, tous tués lors de l’intervention des forces spéciales de l’ANP.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org